Salut à toutes et tous. Voilà une version provisoire d'un document questions réponses. Il est amené à être modifié, on vous le partage ici afin que vous puissiez avoir une idée plus précise sur ce que l'on est. 

Foire aux questions pour les relais locaux du Monde d'Après.


Qu'est ce que Le Monde d'Après ?


Le Monde d'Après est un mouvement inclusif, transparent, inter-sectionnel pour façonner le monde d'après plutôt que de le subir. Ce mouvement entend traiter les problèmes à la racine (étymologie de radicalité) pour lutter contre tous les rapports de dominations dont le capitalisme, le productivisme, le patriarcat et le colonialisme. 

La haine de l'autre n'a pas sa place dans le mouvement. Il ne peut y avoir de discrimination liée au genre, à la classe, à l'ethnie, à la couleur de peau, au partie politique, à l'orientation sexuelle, à la religion, etc.

Le monde d'après sera un monde sans discrimination et sans rapport de domination.

Nous organiser pour faire face à la crise sanitaire, économique et sociale en cours, et prévenir de nouvelles crises.

Profiter de ce temps mort historique pour prendre le temps de repenser radicalement notre modèle de société.

Se réapproprier l'espace publique et numérique en mettant en place des plateformes qui favorisent l'intelligence collective pour l'émergence d'actions transformatrice.


Comment le mouvement a été initié?

Le mouvement a été initié par un collectif de personnes engagées dans différentes causes : réseaux d'entraide, collectifs anti-répression, gilets jaunes, mouvement climat, mouvements féministes, etc.

Ce collectif de personne est un groupe d'impulsion qui se réunit une fois par semaine, et dont sont issus des groupes locaux et de travail.

Vous trouverez plus d'information sur les initiateurs du mouvement dans l'article publié chez Kaizen


Comment est organisé le mouvement ? 

Le mouvement se structure localement partout, sous forme d'assemblée de commissions et de groupes d'action.

Il s'organise opportunément en fonction des besoins et des demandes. Les initiatives partent toujours d'en-bas. 

Le lien entre les différents groupe locaux se fait au travers de plateformes numériques qui permettent le partage d'informations, d'expériences et la possibilité d'actions synchronisées 

Plusieurs groupes de travail existent déjà: 

Créations visuelles : https://t.me/joinchat/CTEwxVN2GM-pMJSSkbEuzw
Communication réseaux sociaux : https://t.me/joinchat/CTEwxRvZjSS5BOYdkl3v0w
Création vidéos : https://t.me/joinchat/CTEwxR2FkQ8qlT-q03J3Kg
Facilitation et gouvernance : https://t.me/joinchat/CTEwxVU7TOdghRntVhiARQ


Comment puis-je créer mon relais local ?

Toutes les informations relatives à la création d'un relais local sont disponibles ici

Comment rejoindre un groupe de travail ou un relais local ?

Consultez le tutoriel qui détaille comment rejoindre son relais local ici

Une carte des groupes locaux est également disponible sur ce site.


Comment peut-on aider concrètement ?

On est à la recherche d'un maximum de bonnes volontés pour constituer le maillage territorial le plus fin possible. Contactez nous ici 

Vous trouverez ici une liste non exhaustive des besoins du mouvement : https://lemondeapres.org/entraide


Quels sont les textes fondateurs?

L'appel est en ligne et signable par tou.te.s sur le site internet : https://lemondedapres.wesign.it/

Nous entendons également publier quelques tribunes sur différentes thématiques :

Voici la première : https://leparia.fr/la-revolte-des-quartiers-populaires-un-signal-pour-construire-le-monde-dapres/

Chaque collectif, réseau ou organisation qui soutien le mouvement est invité à produire une contribution expliquant son engagement et permettant à chacun.e de se ré-approprier la dynamique du mouvement.

Pour exemple la contribution des "pas de noms" disponible ici : https://paris-luttes.info/pour-que-vivent-les-mondes-d-apres-13859
 

Quel est notre positionnement sur la question de la violence / non-violence ?

Nous sommes pour une complémentarité des tactiques effective. Nous les accueillons toutes sans jugement à partir du moment où elles respectent nos principes et nos objectifs. Donc, nous les acceptons toutes, mais dans des espaces / temps différents. Il faut que le consensus soit clair dès le départ pour que les personnes intéressées puissent suivre ou pas, si elles adhèrent au consensus. Il est primordial de ne pas envoyer des personnes non-violentes sur une action qui pourrait éventuellement déraper et de la même manière, il est important de ne pas envoyer des personnes aux méthodes violentes faire déraper une action non-violente. Il est également très important de ne pas se diviser sur cette question : que les pro-violence soient bienveillants et ne traitent pas les autres de "bisounours" ; ou, que les non-violents ne condamnent pas la tactique des uns. Ce positionnement est le fruit d'une longue réflexion, et d'un retour d'expérience de nos luttes passées, qui apporte un angle de vue novateur sur cette question essentielle dans nos luttes.

De plus les assemblées sont des espaces d'élaboration de création de partage, ces espaces sont part défaut non violents.


Quel est notre positionnement par rapport au confinement et à l'interdiction des rassemblements ?

L'expression démocratique et la mobilisation sociale sont essentielles à la vie de notre pays, nous entendons de manière responsable nous rassembler pour pouvoir discuter, décider et agir ensemble. Il est incohérent qu'il soit autorisé de prendre les moyens de transport collectifs, avec des milliers de personnes, et, qu'en même temps, les rassemblements à l'air libre respectant ladistanciation physique et le port systématique du masque, soient interdits.


Quel est notre positionnement par rapport aux prochaines échéances électorales ?

Le Monde D’Après n'a pas pour objet de présenter des candidates aux élections. Il crée un terreau favorable à toutes les stratégies de transformations sociale, grève, blocages, boycott,occupations, transitions, élections, etc.


Quelle est notre attitude envers les autres organisations ?

Les différentes organisations sont les bienvenues pourvus que ce rapprochement se fasse dans le respect de nos pluralités. 

Nombre d'entre les citoyens et citoyennes cultivent une certaine défiance vis-à-vis des différentes organisations ou partis politiques. Il s'agit donc qu'au prétexte de leur présence, elles ne nousimposent pas unilatéralement leur manière de voir. Il s'agit donc d'éviter toutes récupération,sans stigmatisation préalable, bien entendu.


Quel est notre agenda ?

Fin mai dès la fin du confinement, rassemblements simultanés sur les places publiques.